Pendant notre séjour de quatre semaines à Hong-Kong (voir la page consacrée à ce territoire), nous avons décidé de faire une escapade d'une dizaine de jours dans la "vraie" Chine, frontalière. Un saut de cinq cent kilomètres en TGV nous a transporté à Guilin, dans le Guangxi. La région de Giulin, traversée par la rivière Li, est célèbre pour ses montagnes karstiques en "pains de sucre" qui forment un paysage unique et spectaculaire. Si Guilin, peuplée d'un peu plus d'un million d'habitants, offre un intérêt relativement limité, hormis quelques curiosités comme les pagodes de la Lune et du Soleil, elle est le principal point de départ pour les excursions touristiques sur la rivière Li. Mais la petite ville de Yangshuo, à environ quatre vingt kilomètres au sud de Guilin, offre plus de tranquillité, avec ses quarante mille habitants seulement, et se trouve au plus près des paysages, facilement accessibles à vélo ou même à pied. Elle est aussi plus authentique : si les excursions sur la rivière Li se font sur des radeaux en plastique mus par de bruyants petits moteurs hors bord, celles réalisées sur la rivière Yu Long se font toujours sur les radeaux de tradition locale en bambou. Le batelier mène l'embarcation  à l'aide d'une grande perche du même bois, qui lui permet de passer avec dextérité les petits rapides. Ce sont ces mêmes radeaux qu'utilisent toujours les populations locales pour leurs déplacements, et surtout les fameux pêcheurs au cormorans. Technique pratiquement disparue aujourd'hui; il est en effet difficile de croiser un véritable pêcheur, et ceux présents sur les quais de la ville, en costume propre et traditionnel, ne sont là que pour la photo et contre une poignée de yuans !

You may also like

Back to Top