Encore et toujours le hasard ! Si des amis ne s'y étaient pas expatriés pour quelques années, serais-je allé à Hong-Kong ? C'est pourtant une ville, ou plutôt un territoire étonnant par ses diversités. Colonie britannique depuis le milieu du XIXème siècle, alors qu'elle ne comptait que quelques milliers d'habitants, elle est devenue en 1996 une région administrative spéciale de la République Populaire de Chine. Parmi les 7,5 millions d'habitants d’aujourd’hui, on compte environ 500 000 expatriés, majoritairement britanniques, américains, japonais, canadiens et français qui travaillent dans la finance, les multinationales ou la diplomatie. Les chinois de Hong Kong ont principalement émigrés de la région du Guangdong frontalière pour fuir le pouvoir communiste mis en place dès 1949.
L’exiguïté et la géographie du territoire ont vite imposé une occupation verticale, devenue galopante dans la seconde moitié du siècle dernier. Les loyers y sont parmi les plus chers au monde et les logements de quelques dizaines de mètres carrés seulement sont pourtant très recherchés. Malgré le modernisme apporté par le développement économique, les traditions sont restées fortes et la disparité entre les quelques milliardaires et les vingt pour cent de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté est criante.
Hong-Kong offre également une grande diversité de paysages. Dès que l'on s'écarte des centres urbains de Hong-Kong Island et de Kowloon, on retrouve l'horizontalité et le calme des paysages agrestes, parcourus par de nombreux chemins de randonnées qui mènent tantôt sur les hauteurs, tantôt à des plages paradisiaques de bord de mer.
Back to Top