"le voyage rêvé est image, le voyage vécu est sensations"
Jean-Christophe Ruffin

Ile Maurice, devant la mosquée Jummah à Port-Louis

Pourquoi voyager ?
Amateur depuis plus de 40 ans, une grande partie de mon œuvre s’est construite autour du voyage. Au fil des années, j’ai appris à passer du statut de "touriste" à celui de "voyageur ".
Enfant déjà, la géographie était ma matière préférée : les nom enchanteurs des fleuves et montagnes inscrits sur les cartes me faisaient voyager en rêve. Puis je découvrais les richesses de la France pendant les vacances familiales, parcourant les routes en automobile, à la recherche des richesses naturelles et architecturales de  notre pays, passion que me faisait partager mon père, instituteur.
Dans les année 1980, je franchissais les frontières de notre pays, découvrant le Maroc ou la Sicile, mais aussi la liberté d'alors du camping-car, à bord d'un vieux (et bien polluant !) combi VW acheté d'occasion.
Le voyage, c’est aussi cela : la découverte d’autres mondes lointains, d’autres cultures, peut-être suscitée par la simple curiosité. Avec les moyens de communication modernes et la mondialisation de l’économie, qui s’est accélérée depuis la fin du siècle dernier, notre planète est devenue un grand village. Les problèmes de la planète son devenus nos problèmes. Pour bien vivre ensemble, il semble  plus que jamais indispensable d’apprendre à  connaître l'autre et d' accepter sa différence. Le voyage permet d’aller à sa rencontre, et la photographie (mais aussi d'autres formes d'expression comme l'écriture, par exemple) )permet  d'apporter un peu de cette connaissance à celui qui n'a pas la chance de pouvoir voyager.
De tous temps, les Hommes on voyagé, mais cette propension n'a fait qu'accroitre avec les progrès techniques des cent dernières années, qui ont permis de voyager plus loin, plus rapidement, grâce notamment au développement du train, du bateau, et surtout de l'avion. Une nouvelle forme de voyage s'est alors développée, plus mercantile, et souvent au mépris des terres et des populations locales, pour satisfaire les seuls plaisirs personnels : ce fut la naissance, puis l'expansion du tourisme, devenu de masse.
A l'autre bout du monde pourtant, mais aussi plus près de chez nous parfois, d'autres peuples vivent avec d'autres coutumes, d'autres croyances que les nôtres. Il ne faudrait pas croire pour autant que nous avons forcément raison, que notre manière de faire ou de nous comporter est forcément la bonne :
"Seul le doute nous fait progresser et nous permet d'être disponible à l'altérité". (Christiane Taubira - intervew Télérama juillet 2017).
Puis, un trek de dix jours dans le Sahara m’a révélé la force de la marche : elle donne une autre dimension au voyage, tant géographique que spirituel. J'ai alors découvert que, comme l'exprime si bien le photographe Bernard Plossu :
"la randonnée est la phase ultime du voyage".
Voyager seul, ou en couple comme je le fait généralement, permet d'apprivoiser un pays à son rythme et d'approcher plus facilement les populations locales.  Emprunter les transports locaux ou se déplacer à pied favorise une immersion totale dans l'environnement dans lequel on évolue, et apporte l’assurance que les émotions viendront à vous.
La marche a des vertus méditatives qui permettent d'aller vers une meilleure connaissance de soi. Elle permet également de s'imprégner progressivement des paysages traversés, d'aborder l'autre à égalité, dans un esprit apaisé et ainsi de mieux le connaitre et le comprendre.
La lenteur de la marche se révéla  très favorable à mon inspiration photographique,  au point d'avoir du mal, aujourd'hui,  à photographier lorsque je me déplace plus rapidement que ne le permet le "pas humain".
Mes photographies sont celles d’un contemplatif, privilégiant l’esthétisme à la démarche documentaire. Le  résultat est le seul fruit d’une émotion visuelle éprouvée sur le moment, et du plaisir anticipé de pouvoir la partager.
Les mots d’Abbas Kiarostami, cinéaste iranien, mais aussi photographe,  traduisent parfaitement mon sentiment :
"ne pas ressentir avec quelqu’un le plaisir de voir un magnifique paysage est un supplice. Un appareil photo me permet de partager ces sensations avec les autres".
Le voyage est notre richesse.

la mer du Nord, à Zeebrugge (Belgique)

Back to Top